Logo de la Société des Membres de la Légion d'Honneur Ruban de la Société des Membres de la Légion d'Honneur
Section de l'Aube

Monsieur Serge Pascal chevalier de la Légion d'Honneur

Monsieur Serge Pascal est originaire de Voreppe dans l'Isère où il a très jeune sympathisé avec un artisan serrurier de son voisinage. Intéressé par ce métier il décide, dès l'âge de 15 ans de se diriger vers le travail du fer et s'inscrit au lycée de Sassenage, afin de préparer un CAP de serrurier. A la fin de sa 3ème année, il est séduit par l'idée de voyager à travers le pays pour parfaire votre apprentissage au sein du Tour de France des Compagnons du Devoir.
« Ni se servir, ni s'asservir, mais servir ». C'est par ce noble aphorisme que les Compagnons aiment définir leur éthique ! Depuis la nuit des temps, les Compagnons ont un devoir essentiel : C'est l'obligation librement acceptée de « transmettre ».
Et c'est bien ce qui a séduit Serge Pascal.
Lyon sera sa 1ère étape. Il y découvre le travail du repoussage et d'emblée prend plaisir à battre la feuille de métal. Après un an, il est « aspirant serrurier ».
L'étape suivante fut Nîmes où il apprend à étirer au marteau le métal sur l'enclume. C'est là aussi qu'il comprend toute l'importance du dessin en ferronnerie.
Après un intermède de deux ans pour cause de service militaire, et des passages par Toulouse et Pau, il entre en 1970 à la Fondation de Coubertin où il intègre durant 12 mois les Ateliers Saint Jacques. C'est là qu'il prend réellement conscience de la diversité des ouvrages sur lesquels le serrurier peut être amené à intervenir, particulièrement en ferronnerie d'art.
Son Tour de France s'achèvera en 1974, à Reims dans l'entreprise Schroeder où il conçoit sa pièce de réception : une grille de claustra contemporaine, de type « forge allemande » pour la Maison des Compagnons de Muizon dans la Marne.
Cet ouvrage qui atteste des compétences acquises au cours de ses années d'apprentissage lui permet d'être intronisé « Compagnon » et il devient alors pour tous « SERGE, le DAUPHINE ». CSDD (Compagnon Serrurier Du Devoir).
Pendant huit ans, il parfait son tour de main auprès de différents employeurs, et il se décide alors à créer sa propre entreprise en 1975 dans l'Aisne.
Il a alors 26 ans et la pleine maîtrise de son art. Être chef de projets, animer des équipes, travailler sur des chantiers remarquables voilà ce qui l'anime.
En 1978, avec deux autres Compagnons, il crée « LES METALLIERS CHAMPENOIS » et dans la foulée décroche la commande de la restauration des célèbres grilles de la place Stanislas à Nancy.
Cette restauration sera suivie du classement de la place par l'Unesco au patrimoine mondial de l'humanité. Cet ouvrage remarquable lui vaut de recevoir, avec quatre autres Compagnons les insignes de Chevalier des Arts et Lettres.
Mais ce ne fut pas, loin de là, le seul chantier prestigieux à son actif.
L'aventure américaine le tente, aventure car il fallait en avoir de l'audace, du courage et de la passion pour répondre, en 1982, à l'appel d'offre américain pour participer à la restauration de la Statue de la Liberté à New-York.
Les chances paraissaient minces et pourtant à la suite de la visite des ateliers des Métalliers Champenois par les représentants de la fondation américaine qui finance le projet c'est bien son atelier qui, en 1984, est retenu pour la restauration de la torche, de la flamme, du garde-fou et du diadème de la couronne de la Statue.
On devine la joie et l'excitation de Serge Pascal et de ses compagnons. Ce sera alors l'installation d'un atelier à PATERSON dans le New-Jersey pour pouvoir mener à bien cette mission. Conduire ce chantier ne fut pas une tâche facile, mais ô combien exaltante, et quel bonheur une fois le travail terminé de participer à l'inauguration de cette restauration le 4 juillet 1986.
Les chantiers prestigieux s'enchaînent en Amérique, mais aussi en France où l'on ne peut omettre de citer les grilles et le portail du jardin des Tuileries, les lustres de la Cathédrale de Reims, la grille du Coq du Palais de l'Élysée et de nombreux autres édifices, dont la grille de l'Hôtel Dieu à Troyes.
Et puis bien sûr, ce qui fut peut être l'oeuvre la plus marquante : la rénovation de la grille royale du château de Versailles pour laquelle, en tant que chef de projet de l'atelier Saint-Jacques de Coubertin, Serge Pascal dessine minutieusement l'intégralité du plan de l'ouvrage à réaliser, à l'échelle un, sur dix rouleaux de 20 m de longueur, car les plans d'origine n'existaient pas ou s'étaient perdus !
Revenu à Troyes, il devient directeur de La Maison de l'Outil et de la Pensée Ouvrière de 1998 à 2008 où il se montre digne successeur du Père Paul Feller, collectionneur avisé d'outils anciens qui permit la création de la Maison de l'Outil car il avait fait don aux Compagnons du Devoir de nombre d'outils anciens et rares. Ils ont constitué les premières collections de ce musée installé à Troyes en 1974 dans l'ancien hôtel de Mauroy.
Aussi Serge Pascal est-il depuis 2012 Président de l'association des Amis de Paul Feller et a-t-il repris du service aux Ateliers Saint-Jacques de la Fondation de Coubertin où, il donne des cours aux boursiers. Il est ainsi fidèle au devoir essentiel accepté depuis la nuit des temps par les Compagnons, qui se donnent pour mission de transmettre aux jeunes générations les connaissances, le savoir et le savoir-faire qu'il ont eux-mêmes reçus de leurs prédécesseurs.
C'est cette volonté d'assurer la transmission du métier, qui a conduit la ministre du Travail à décerner la Légion d'honneur à Serge Pascal, déjà chevalier des Arts et Lettres pour son oeuvre en faveur du patrimoine.
Le 27 octobre 2017, c'est à Troyes, dans le cadre prestigieux de la Maison de l'Outil et de la Pensée Ouvrière, que Madame Boeglin, conseillère départementale de l'Aube, a remis les insignes de chevalier de la Légion d'Honneur à Monsieur Serge Pascal.
Comme il est de tradition pour tous les nouveaux légionnaires, le drapeau et plusieurs membres de la section de l'Aube de la S.M.L.H. entouraient Monsieur Pascal au moment de son admission au sein du premier Ordre National français et pour l'accueillir parmi les membres de notre section.


Retourner à l'historique des activités



  © SMLH - 2016