Logo de la Société des Membres de la Légion d'Honneur Ruban de la Société des Membres de la Légion d'Honneur
Section de l'Aube

M. Antoine Heiligenstein
Officier de la Légion d'honneur
8 juin 2018


Lorsque notre secrétaire général m'a demandé si j'acceptais de vous remettre les insignes d'officier de la Légion d'Honneur j'ai ressenti une grande fierté et une grande joie. Une grande fierté parce qu'il est rare d'honorer à ce si haut niveau un combattant sorti du rang et une grande joie parce j'allais distinguer le camarade qui m'a accompagné avec tant de dévouement pendant de très nombreuses années comme président de comité et porte-drapeau de notre section de la Légion d'Honneur, dont j'étais le président.

Les combats d'Antoine Heiligenstein nous font entrer dans l'épopée, voire la légende des corps francs et des troupes aéroportées. Ecoutez-plutôt. Fils de légionnaire, de surcroit tambour major, Antoine Heiligenstein s'engage à 17 ans dans la marine qui lui apparait la voie la plus immédiate pour quitter le territoire national occupé. Il appareille à Brest et participe à plusieurs convois en Atlantique, Océan Indien et Méditerranée. Lorsqu'il tente de rallier l'escadre d'Alexandrie son transport de troupe est torpillé au large de Benghazi. Récupéré, il rejoindra l'escadre à pied par la Lybie. Affecté sur la croiseur Suffren il fait cap vers Dakar par le canal de Suez.
L'ambiance à bord lui parait peu motivée alors qu'il rêve de combattre et de rejoindre le 2ème régiment de Chasseurs parachutistes qui vient d'être créé au sein des Forces de la France Libre en Angleterre. Sa décision est prise. Lors d'une escale au Cap en Afrique du sud il déserte et rejoint Londres. Son épopée allait commencer.

Il suit un stage au Spécial Air Service, déjà réputé pour ses actions en Afrique du Nord contre l'Afrika Corps. Il adoptera très vite les méthodes de ce corps d'élite, actions de type commando ou la surprise, la rapidité, la hardiesse et le sang-froid assurent le succès. Parachuté en Bretagne lors du débarquement allié, il se distingue en soutien du maquis de Saint Marcel, haut lieu de la résistance cher à tous les Bretons. Il en partagera la vie pendant plusieurs mois et participera à de multiples actions qui assureront le succès du débarquement et l'extension de la tête de pont alliée en Normandie. La Croix de la Libération décernée à son régiment le 2ème RCP en atteste. Ce sera ensuite une longue série d'actions de harcèlement en flanc garde de la progression alliée tout le long de la Loire et jusqu'à la libération du territoire national.

Après un temps de pause en Champagne, le 2ème RCP va s'illustrer par deux hauts faits d'armes, que l'histoire retiendra. Il est parachuté une première fois en Belgique dans la profondeur du dispositif ennemi pour soulager l'armée Patton bloquée par une ultime contre-offensive allemande à Bastogne. Sous le coup des actions des commandos sur les lignes de communication et les ravitaillements en carburant les panzers finiront par décrocher ou seront immobilisés puis détruits. Très éprouvé par des pertes sérieuses le régiment sera reformé en Angleterre avant d'être parachuté une fois encore dans la profondeur des lignes ennemies en Hollande. Il s'agit de prendre intacts et de tenir les ponts et voies de communication nécessaires à l'avance alliée, de semer la confusion sur les arrières ennemis et de briser le moral des allemands. Nouvelle suite ininterrompue de sabotages, attaques de convois ou de Pc avec pour point d'orgue la capture d'un officier général allemand et de tout son Etat-Major.

Démobilisé le 11 juin 1946 Antoine Heiligenstein n'hésitera pas à reprendre du service le 16 octobre 1950. Son expérience de canonnier de la Royale lui vaudra d'être affecté au 35ème régiment d'artillerie parachutiste. Son combat prendra une autre dimension. Il rejoint l'Indochine en pleine bataille de Cao Bang et de la RC4, participera à l'appui de la colonne Lepage puis au redressement voulu par le Maréchal De Lattre en bloquant les vagues « viets » lancés à l'assaut des points forts qui protégeaient le delta du Tonkin. Tchat-Khé, Dong-Khé, Nacham. Le lieutenant Renault de Genouilly, notre chef de section à Coëtquidan, n'avait pas de mots pour remercier l'efficacité des tirs au plus près des défenses de Hoa Bin. Rapatrié en France en 1953 il rejoint l'Algérie et participera pendant plus de 27 mois dans le Constantinois à l'appui des troupes aéroportées, qui conduisaient les opérations Pierre précieuses et finiront par épuiser les katibas de l'ALN de l'intérieur. Rentré définitivement en France en 1958 Antoine Heiligenstein quittera le service actif en 1960.

Mais qui était ce soldat de tous les combats sur la terre de France, les jungles et rizières du Tonkin, les riches terres et déserts d'Algérie? Qui était ce soldat titulaire de la Croix du combattant des moins de vingt ans, de la Médaille coloniale, de trois citations à l'ordre du régiment, de trois citations à l'ordre de la division, d'une citation à l'ordre du Corps d'Armée? La Croix de Guerre des Pays Bas lui a été décernée par la Reine Juliana en 1951. Il recevra la médaille militaire en 1955 et sera fait chevalier de la Légion d'Honneur en 1980. Tous ces titres disent ses mérites mieux que de longs discours. Tous soulignent son comportement exemplaire au feu, son sang-froid et son courage remarquables, son dévouement rarement égalé au service des armes de la France. Faut-il parler de héros? Nous sommes bien en présence de l'un de ces fils de France qui savent se dresser sans regarder en arrière lorsque le pays souffre ou que la liberté est en danger.

Mais Antoine Heiligenstein s'est aussi révélé comme un citoyen exemplaire qui mettra toute sa générosité, sa spontanéité et son dévouement au service de ses concitoyens dans la modestie et la discrétion comme a su le dire Monsieur le Maire de Saint Julien lors de sa remise des insignes de chevalier de la Légion d'honneur le 21 avril 1980. Et il n'a pas démérité depuis. Très proche de la jeunesse et toujours très actif, il crée l'équipe de foot de Saint Julien, et sera champion de l'Aube 82/83.

Dans l'antiquité la légende dit que les héros avaient la visite d'une déesse leur apportant la suprême récompense après les combats. A l'occasion d'une commémoration à Saint Marcel où Antoine Heiligenstein était honoré, Madame Michèle Alliot-Marie ministre de la Défense, impressionnée par son épopée souhaitera l'élever au grade d'officier de la Légion d'honneur, distinction très rare pour un sous-officier. La procédure s'enlisera et il faudra toute l'énergie de Monsieur Sébastien Touffu, directeur de l'Office National des Anciens Combattants de l'Aube, pour que cette initiative aboutisse. Je tiens à lui en porter témoignage.

Nous allons honorer avec fierté ce soldat exceptionnel. Permettez-moi d'associer à cette reconnaissance nationale le souvenir de son épouse Jeanne, celle qui a été à ses cotés depuis leur toute prime jeunesse. Nous savons bien nous militaires le poids des contraintes de la mission sur la vie de nos familles. C'est pourquoi je saluerai aussi les membres de toute sa famille. Bravo Antoine et merci

Général Paul Font
Commandeur de la Légion d'Honneur


Retourner à l'historique des activités



  © SMLH - 2016