Logo de la Société des Membres de la Légion d'Honneur Ruban de la Société des Membres de la Légion d'Honneur
Section de l'Aube

Photographie de la dernière activité

Général de Corps d'Armée Maurice Henry
Né en 1919 à Suresnes, Maurice Henry est admis à Saint-Cyr en 1938 (promotion De la plus grande France), à l'âge de dix-neuf ans.
La campagne de France
Il prend part à la campagne de France à la tête du groupe franc du 21e B.I.du 110e régiment d'infanterie. Blessé en mai 1940, il est fait prisonnier sur son lit d'hôpital à Zuydcoote; il réussit à s'évader et rejoint, au Maroc, le 4e régiment de tirailleurs marocains.
La campagne d'Italie
En permission en France lors de l'invasion de la zone libre, Maurice Henry passe en Espagne où il est interné. Il s'évade pour rejoindre l'Afrique du Nord.
La nuit de Noël 1943, Maurice Henry quitte Taza à la tête d'un renfort de cinquante Français et deux cents Marocains avec lesquels il débarque à Naples le 1er janvier 1944. Il prend, quelques jours plus tard, le commandement d'une section de la 10e compagnie et participe à l'attaque du Belvédère (près du Monte Cassino) lancée le 21 janvier 1944. Plusieurs de ses hommes sont blessés par l'artillerie allemande, et lui-même, grièvement atteint par une grenade le 27 janvier 1944, est évacué par ses hommes à travers la montagne.
Le 25 août 1944, le lieutenant Henry embarque pour la Provence.

Blessé deux fois, titulaire de quatre citations, il est fait chevalier de la Légion d'Honneur à titre exceptionnel.
Lorsqu'il rejoint son régiment après la capitulation, il apprend par son colonel qu'il avait été promu capitaine en mars 1945. Il prend le commandement de la 11e compagnie du 4e R.T.M. en novembre 1946.
La guerre d'Indochine (1947-1954)
En 1947, le capitaine Henry rejoint l'Indochine avec le bataillon Pothier, puis commande le 2e bataillon de marche d'Extrême-Orient.
À la tête de sa compagnie de tirailleurs, puis du 2e Bataillon de marche d'Extrême-Orient, il est engagé dans les opérations de la zone ouest de Cochinchine. Blessé et quatre fois cité, il est promu officier de la Légion d'Honneur.
Affecté à Coëtquidan à la suite d'une blessure en 1950, il y commande une compagnie d'élèves-officiers de la promotion Du Garigliano, puis devient adjoint du chef de bataillon Dominique Hubert commandant le bataillon de la promotion De Lattre jusqu'en 1953.
En 1953, jeune chef de bataillon, Maurice Henry est de retour en Indochine où il commande le 3e bataillon du 1er R.T.M. qui opère au Moyen-Laos. Blessé et deux fois cité, il est fait commandeur de la Légion d'Honneur en 1955.
Après le cessez-le-feu, il sert au 3e bureau de l'état-major du Commandement des F.T.E.O. Fin 1955, revenu en France à Saint-Maixent, il passe trois années à la direction des études de l'E.A.I. et est breveté de l'Ecole de Guerre.
L'Algérie (1960-1962)
En 1960, Maurice Henry est affecté en Algérie au 3e bureau du commandement supérieur puis il prend le commandement du Bureau d'Etudes et Liaison responsable de la guerre psychologique.
En avril 1961, il est affecté comme chef d'état-major de la zone ouest-oranais et de la 5e division blindée.
Une longue carrière
Colonel à quarante-trois ans, Maurice Henry prend le commandement, en 1962, du Premier Groupe de Chasseurs Portés. De 1964 à 1967, il est Directeur de l'Instruction Militaire des Écoles à Coëtquidan puis Chef d'état-major de la 3e Région Militaire,
Général de brigade le 1er septembre 1969, il est successivement commandant de la 4e Brigade mécanisée, chef de la Division emploi de l'EMA puis commandant de la 4e Division mécanisée.
Il est élevé à la dignité de Grand Officier de la Légion d'Honneur, le 27 septembre 1974.
En mars 1975, il prend le commandement de la 4e Région militaire (40 000 hommes), prenant la suite du général Marcel Bigeard, et est élevé aux rang et appellation de Général de corps d'armée.
En octobre 1976, il devient Inspecteur de l'Infanterie.
En 1979, atteint par la limite d'âge, il passe en deuxième section après 41 ans de vie militaire.
Il occupe alors sa retraite en s'investissant dans la vie associative. Il est notamment président de la Saint-Cyrienne de 1981 à 1987, président de l'amicale des anciens du 4e RTM et président de l'association des anciens du CEFI.

Le général Maurice Henry est fait Grand-croix de la Légion d'Honneur le 23 avril 2002 par le Président Jacques Chirac

Il était depuis 42 ans un sociétaire éminent et respecté de la section de l'Aube de la Société des Membres de la Légion d'Honneur.

Il s'est éteint le 13 mai 2014 à Paris et est inhumé à Rouilly Saint Loup près de Troyes.



Retourner à l'historique des reportages de souvenirs



  © SMLH - 2016