Logo de la Société des Membres de la Légion d'Honneur Ruban de la Société des Membres de la Légion d'Honneur
Section de l'Aube
PRÉSENTATION DE LA SECTION

PRESENTATION DE LA SECTION S.M.L.H. ET DU DEPARTEMENT DE L'AUBE

La section de l'Aube de la S.M.L.H. compte 125 membres et 7 comités : Troyes I (100001) présidé par Mme Arlette Faugère Troyes II (100007) présidé par M. Michel Lapeyre Arcis sur Aube (100002) présidé par M. Jean Patenôtre Bar sur Aube (100003) présidé par le Général Roger Ducousso Bar sur Seine (100004) présidé par le Général Michel Finot Forêt d'Othe (100005) présidé par M. Alain Boutonnet Romilly sur Seine (100006) présidé par le Colonel René Brouard.
Le Général Paul Font est président d'honneur de la section et le Général Henri Petit de Bantel en est le vice-président.
Le secrétaire général de la section est le Lieutenant Colonel Michel Beaupré.

Elle a dans ses rangs 38 militaires en activité ou anciens militaires dont cinq officiers généraux, un archevêque honoraire et un évêque, un ancien ministre, un ancien sénateur, un député et un ancien député, mais aussi 18 artisans, commerçants et techniciens, 8 ingénieurs et industriels, 11 représentants de l'administration, de l'éducation nationale et de la justice, 7 maires et membres de l'administration locale ou régionale, 6 représentants du monde hospitalier, médical ou social. Elle compte également 29 conjoints de légionnaires décédés.


Elle a été la première section de la SMLH à créer, en association avec la section de l'Aube de l'A.N.M.O.N.M. le prix de l'Education Citoyenne des établissements scolaires de l'Aube. Ce prix, qui est l'objet d'une convention signée avec les services de l'Inspection Académique du département, veut récompenser des élèves ou des groupes d'élèves qui se sont distingués par leur comportement citoyen, qui se mettent au service d'autrui ou apportent leur concours à des associations de bienfaisance. En 2015, l'Honneur en Action a distingué ce prix et lui a apporté un concours financier appréciable.


LE DEPARTEMENT DE L'AUBE EN QUELQUES MOTS

Le département de l'Aube a une superficie de 6004 km2 et fait partie de la région Grand Est
· La population du département s'élève à environ 306 000 habitants soit une densité de 51 personnes par km2. Il compte 433 communes réparties en 17 cantons et 3 arrondissements
· Le département de l'Aube a 34 conseillers départementaux. Le président du conseil départemental est M. Philippe Pichery.
· Le chef lieu du département est la ville de Troyes dont le maire est M. François Baroin

· Troyes Champagne Métropole a vu le jour de la fusion du « Grand Troyes » avec un nombre important de communes ou communautés de communes environnant le chef lieu. Elle rassemble 81 communes et 165 000 habitants


Quelques autres villes du département : Romilly sur Seine (14 500 habitants - technicentre SNCF, tissage et bonneterie : Olympia, le Coq Sportif, cycles Peugeot) - Nogent sur Seine (6 000 habitants - sous-préfecture - industries diverses, groupe Soufflet, centrale nucléaire EDF, port fluvial sur la Seine) - Bar sur Aube (5 000 habitants - sous-préfecture - industrie du chanvre, forge et usinage de métaux, fabrication de meubles, région de production de Champagne) - Bar sur Seine (3 100 habitants - région de production de Champagne) - Arcis sur Aube (2 900 habitants - agriculture)


Un peu d'histoire
Les Tricasses furent le premier peuple connu du département et aussi celui qui donna son nom à la ville de Troyes, anciennement Tricassium. La ferveur religieuse des chrétiens de cette ville effrayait les empereurs romains qui régulièrement venaient faire état de leur autorité et de leur mécontentement. Troyes vit être canonisés entre ses murs de nombreux martyrs notamment Saint Patrocle, Sainte Jule, et même le Pape Urbain IV né dans la ville-même.

La fibre religieuse était omniprésente dans l'Aube, aussi il s'y construisit de plus en plus des monastères. Des compagnies religieuses affluèrent, favorisant la culture et la modernisation de la région. Cette dynamique intellectuelle et religieuse rejoignit la Marne qui, héritant des techniques de viticulture de l'Aube, put lui faire profiter en retour de l'invention de Dom Pierre Pérignon, moine bénédictin: la champagnisation.

De nos jours, l'économie de l'Aube est principalement tournée vers le textile, le chanvre, l'agriculture et bien entendu le champagne. Le terroir de l'Aube est également riche en plats délicieusement traditionnels comme l'andouillette de Troyes ou la choucroute de Brienne-le-Chateau.
Le département de l'Aube propose aux touristes un grand nombre de points d'intérêt, comme le parc d'attractions Nigloland, l'Abbaye de Clairvaux, les lacs du parc naturel de la Forêt d'Orient créés au 20eme siècle pour éviter à la Seine le retour de crues comme celle de 1910, les églises à pans de bois, les magasins d'usines, nombre de caves de producteurs de Champagne et bien sûr la ville de Troyes qui vaut à elle seule le voyage.


TROYES

Troyes est, pour l'essentiel, une ville du XVIe siècle. Du «Beau XVIe siècle», comme on se plaît à dire ici.
La forme actuelle de la ville, tant sur le plan architectural qu'urbanistique, date de cette époque charnière entre le Moyen- âge et la Renaissance. Un grand incendie fait alors place nette, mais l'on reconstruit quasi à l'identique et au même emplacement les habitations dévorées par les flammes. Les plus riches Troyens optent alors pour des matériaux de construction moins inflammables d'où cette juxtaposition, que l'on observe aujourd'hui encore, de maisons à pans de bois venues du peuple et d'hôtels particuliers en pierre bâtis par la bourgeoisie. C'est de cette époque que datent en majorité les 41 édifices classés monuments historiques parmi lesquels 10 églises.


La ville contemporaine est donc l'héritière directe de la cité médiévale, qui a donné au coeur historique sa forme si caractéristique de "bouchon de champagne", comme un heureux présage de ce qui allait devenir le vin le plus célèbre au monde et que l'on cultive aux portes mêmes de Troyes

Le XIIe siècle fut celui de l'expansion commerciale et financière, que favorisait deux fois par an la tenue des Foires de Champagne, tout autant que celui d'un incroyable bouillonnement intellectuel et culturel.
Le XVIe siècle fut celui de l'explosion artistique, avec en particulier un essor de la statuaire et la décoration des nombreuses églises par de somptueux vitraux qui en font, après Paris, la ville de France la plus riche dans ce domaine.

Le XIXe siècle fut celui de l'essor économique et industriel impulsé par le tissage de draps et la bonneterie. La plupart des grandes marques françaises dans ce domaine ont vu le jour à Troyes ou à proximité: Vitos, Jil, DD, Petit Bateau ou Lacoste pour ne citer qu'elles.
Aussi la concurrence de pays du tiers monde auraient pu sinistrer la ville dans les trente dernières années du XXe siècle, si elle ne s'était pas tournée résolument vers les magasins d'usine et le tourisme.

Cette volonté d'attirer à Troyes de plus en plus de visiteurs entraîne l'obligation morale de conserver, d'entretenir et de transmettre aux générations suivantes le patrimoine que lui ont laissé ses aïeux.

Tel Sisyphe remontant inlassablement son rocher, Troyes doit sans cesse remettre sur le métier son ouvrage. Il y a toujours quelque part quelque chose à réparer ou à rénover. Il eût été plus facile de faire du neuf, mais c'est aujourd'hui une affaire entendue, et plus personne ne remettrait en cause le travail de réhabilitation entrepris durant les dernières décennies et marqué par une sensible accélération depuis une vingtaine d'années.

Un signe ne trompe pas: les Troyens sont redevenus fiers de leur ville, fiers de la montrer à leurs invités, fiers d'en exhiber toutes les merveilles et d'en révéler tous les secrets.
La vénérable cité connaît peut-être son quatrième âge d'or et dans cent ans, dans mille ans, les historiens écriront peut-être que le XXIe siècle fut celui de la renaissance patrimoniale de la ville et de la reconquête de son prestigieux bâti.

Mais Troyes n'est pas restée confite dans son passé et elle mise aussi totalement sur l'avenir : pour preuve elle possède notamment :
- l' Institut Universitaire de Technologie qui compte 1650 étudiants, 180 enseignants et a des partenariats avec des établissements universitaires du monde entier,
- l'Université de Technologie de Troyes qui accueille175 doctorants et 110 enseignants chercheurs dans plusieurs domaines de recherche extrêmement pointus telles les nanotechnologies,
- l'École Polytechnique Féminine : école d'ingénieurs généraliste qui intègre chaque année 600 étudiantes, mais aussi étudiants!, et a 152 établissements partenaires dans 46 pays,
- l'École Supérieure de Commerce de Troyes créée en 1992 est encore actuellement en train de se doter de nouveaux locaux et qui est passée ces dix dernières années de 300 à 1700 étudiants.





  © SMLH - 2016